L’académie municipale accueille le championnat de France

 

Elles mesurent 2,5 centimètres.? - Illustration

Elles mesurent 2,5 centimètres. - Illustration

Le club situé au premier étage des Halles Chatelet s’ouvre ce week-end aux cinq quilles, une discipline du billard français. Ludique, mais pas simple !

 Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué ?

C'est un peu le principe qui prévaut au billard cinq quilles, dont l'académie municipale d'Orléans organise demain samedi (éliminatoires) et dimanche (phases finales) les championnats de France de nationale 1. 32 joueurs - classés juste en deçà des Masters, au rang desquels les meilleurs d'entre eux sont assurés d'accéder - se retrouveront autour des tables du club situé au premier étage des Halles Chatelet pour faire tomber les mini-quilles (elles mesurent 2,5 cm !), tout en percutant l'un ou l'autre des deux autres billes.

De 200 à 80 membres

« C'est rigolo comme tout, s'en amuse déjà René Cognet, le président de l'AMBO, mais c'est complexe ! » Les points, en effet, sont attribués selon un barème particulièrement subtil. Est-ce pour cette raison que les cinq-quilles reste une discipline confidentielle au sein du billard français ? Pour autant, comme le rappelle René Cognet, « les Français sont souvent bien placés aux championnats d'Europe et du monde… »

 L'événement est en tout cas « assez exceptionnel » pour l'académie de billard d'Orléans, qui a accueilli dernièrement le premier tournoi régional des jeunes et la finale du championnat de France au cadre. René Cognet espère que cette reconnaissance, témoignée par la Fédération française, et le spectacle seront de nature à attirer les curieux… et à les fidéliser. Jadis riche de plus de 200 membres, l'académie n'en compte plus que 80 depuis la création d'autres clubs, alentour. Comme l'accès à ses neuf tables s'en trouve facilité, l'AMBO ne désespère pas de regonfler ses effectifs.

Pratique. Aux Halles Chatelet, samedi de 8 h 30 à 18 heures, et dimanche jusqu'à 17 heures. Entrée libre. Renseignement au 02.38.54.03.81.

Pascal Bourgeais


 

 

A l'Académie de Billard d'Orléans, située au-dessus des Halles Châtelet, l'ambiance est à l'intimité. Il faut dire que ses membres sont en majorité des habitués, constituant un cercle  amical. Si vous êtes féru de billard, vous pourrez tenter de vous intégrer au groupe et partagerez alors ces moments de concentration et de calme propres à la pratique de ce sport. Pour apprendre des coups de maître, vous serez alors à la bonne adresse car les maîtres des lieux ont l'expérience et les compétences des joueurs avertis. Rien d'étonnant lorsqu'on sait que le club est le plus ancien de la région. Des soirées privées et soirées d'entreprises peuvent être organisées dans cette académie, elle sera l'occasion de s'initier au billard français et billard américain pour 4 à 20 personnes.


 

 
 

Le billard français, entre style et convivialité

Publié le 20/10/2013 à 10:00
 
 

Il suffit de pousser la porte : telle est la devise de l’Académie municipale de billard d’Orléans (AMBO). Loin des clichés enfumés du jeu de bar, nous sommes partis à la découverte d’un sport racé et convivial.

L’AMBO se consacre entièrement au billard français. Rappelons qu’il se joue avec 3 boules, une rouge et deux blanches (ou une blanche et une jaune). L’objectif est simple : le joueur pousse une boule blanche avec sa queue et doit faire en sorte de toucher les deux autres. On pourrait passer des heures et des pages à détailler les différents modes de jeu existants, mais l’essentiel est ailleurs.

Du beau jeu, parfois spectaculaire
Plaisir du beau jeu et convivialité sont deux éléments incontournables. « Le billard, particulièrement le billard français, est très agréable à regarder, souligne Serge Pauly, président de l’AMBO. Il peut même devenir spectaculaire, lorsque des coups très élaborés sont réalisés, par exemple, en plusieurs bandes. »

Il se dégage en effet des tables de jeu une certaine esthétique visuelle et sonore : observer les 3 boules luisantes rouler sur le tapis vert, jusqu’à les voir (ou pas !) s’entrechoquer dans un claquement sec et profond, s’avère assez savoureux.
Ajoutez à cela le suspense du point réussi ou fi nalement raté à quelques millimètres, et vous obtenez les ingrédients nécessaires à un beau moment de partage. Les joueurs se jaugent, se défient, se taquinent, mais font également preuve d’un profond respect et d’une grande camaraderie. Marcel Brunet, membre du bureau, précise que « l’intérêt du billard, c’est d’être ouvert à tous, quels que soient l’âge et la catégorie sociale ». Ainsi se croisent à l’AMBO des joueurs de 15 à 87 ans, étudiants, médecins, enseignants ou encore artisans, formant ainsi un vrai panel social.

Technique et concentration
Comme tout sport, le billard requiert des qualités, qui seront accentuées et perfectionnées par un entraînement inlassable. Pour réussir de beaux coups, tout est question de finesse, de calculs et de doigté.
Savoir comment la boule initialement tapée peut aller faire réagir la seconde, appréhender le comportement de la boule et de son angle de frappe sur la bande, imaginer l’effet que l’on pourrait donner… En cela, le billard pourrait s’apparenter au tir à l’arc, qui requiert pour sa part une bonne étude préalable des conditions et une fine connaissance des réactions physiques.
Puis mettre tout cela en oeuvre la queue à la main, en faisant appel à une maîtrise technique qui se travaille jour après jour. « Le joueur de billard, nous explique Serge Pauly, se rapproche d’un musicien. On dit d’ailleurs qu’il fait ses gammes : on part d’un point initial, facilement identifiable, puis on travaille toutes ses variantes, afin de maîtriser le plus grand nombre de situations. » Concentration, maîtrises technique et physique font ainsi du billard un « affrontement contre soi-même, psychologiquement très éprouvant. Ce sport permet de voir la vraie personnalité des gens ».

Un sport à découvrir 
Pour autant, le billard français est en manque de joueurs et « se meurt doucement », comme le regrette Serge Pauly. « Notre enjeu, c’est de trouver des jeunes pour que le billard vive. On a besoin de faire parler de nous et aussi de recruter. » L’AMBO met donc l’accent sur les offres en direction des jeunes mais également des femmes (voir encadré). « Dans un monde où on commence à se poser de vraies questions sur la parité, au billard on se pose ces mêmes questions. » L’AMBO organise d’ailleurs des portes ouvertes